Andra LARIONESCU, thèse soutenue le 25 septembre 2012

Directeurs de thèse
Roumanie : Poliana Stefanescu, Professeure à l'université de Bucarest
France : Guy tapie, Professeur à l'école nationale supérieure d'architecture et de paysage de Bordeaux.

École doctorale : Sociétés, santé, Politiques publiques (SP2), Université Bordeaux Segalen.

Titre de la thèse : Maisons de migrants au pays d'origine. Étude de cas sur la transformation du logement rural dans le cadre de la migration internationale. La commune de Marginea, département de Suceava, Roumanie

Membres du jury :
M. D.Pinson, professeur - université de Marseille
M. A-R.Staiculescu, professeur - université d'Ovidius
M. D.Sancu, professeur, université de Bucarest
Mme Poliana Stefanescu, Professeure à l'université de Bucarest
M. Guy Tapie, Professeur,  École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux

 

Résumé de la thèse
L’originalité de notre apport parmi les recherches sociologiques et anthropologiques roumaines porte sur l’analyse de la relation multidimensionnelle entre la migration et l’habitation rurale, mettant l’accent sur la compréhension du logement comme lieu de rencontre des modèles culturels différents. En effet, la maison doit être analysée comme un produit social et par rapport à la vie sociale et privée de la famille qui y réside. Donc, notre cadre théorique s’appuie sur le croisement entre l’analyse sociologique des processus migratoires et leur expression architecturale et matérielle. La question centrale de la recherche porte sur les continuités et discontinuités - observées par rapport à la tradition - qu’on trouve, après la chute du communisme, dans les habitations des migrants roumains, issus du milieu rural. Pour répondre à cette question, nous avons choisi une approche anthropologique du logement, en menant des enquêtes de terrain, de type qualitatif (auprès de villageois et migrants de village de Marginea), durant les années 2009, 2010 et 2011. On remarque que les nouvelles maisons se présentent comme des formes hybrides, qui articulent les références locales aux éléments nouveaux, apportés par la migration. Ainsi, nous avons introduit deux dimensions essentielles dans l’analyse du concept de la maison du migrant: les «traces du passé» et les «traces de la migration». La première dimension se réfère aux influences des anciennes formes, modèles, pratiques, mentalité etc., alors que la deuxième dimension désigne les éléments nouveaux et les innovations qui ont pénétré dans la conception, la construction et l’utilisation des maisons.

Mots clés : Roumanie, migration, maison rurale, architecture, forme hybride, traces du passé, traces de la migration