Grace YEPES-SALMON, thèse soutenue le 7 septembre 2011

Directeur de Thèse : Catherine Sémidor, Professeur des Écoles d'architecture, Docteur ès Sciences Physiques, HDR, Professeur ensapBx, responsable scientifique du GRECAU .

École doctorale ED 209 : "Sciences physiques et de l'Ingénieur".
Doctorat en Mécanique et Ingénierie, spécialité Sciences et techniques architecturales - Université Bordeaux 1

Titre de la thèse : CONSTRUCTION D'UN OUTIL D'EVALUATION ENVIRONNEMENTALE DES ECOQUARTIERS : vers une méthode systémique de mise en œuvre de la ville durable

Membres du jury
André De Herde, Professeur, Université Catholique de Louvain-la-Neuve
Youssef Diab, Professeur, Université Marne-La-Vallée
Frederic Bos, Professeur, Université Bordeaux 1
Agnès Berland-Berthon, Maître de Conférence, Université Bordeaux 3
Philippe Lagiere, Directeur Scientifique du Centre technologique Nobatek

 

Résumé de la thèse
Ce travail s’inscrit dans les enjeux actuels liés à l’environnement urbain ; il vise à définir ce qu’est un écoquartier, à partir de l’étude de projets de référence en premier lieu mais surtout à partir de l’opérationnalité et ses contraintes spécifiques. Dans ce cadre pratique l’évaluation environnementale se positionne au cœur de l’opérationnalité comme un outil d’aide à la décision essentiel pour les acteurs de la conception de la ville face aux préoccupations du développement urbain durable. La finalité est de proposer une méthode d’évaluation environnementale des écoquartiers pour un projet urbain en phase esquisse (AVP).

Cette thèse, encadrée au laboratoire GRECAU (Groupe de recherche environnement conception architecturale et urbaine), dans le cadre d'une convention CIFRE avec l’entreprise Nobatek (Centre technologique sur la construction et l’aménagement durable) propose une analyse de la pratique urbaine, l’identification des besoins en termes d’outils pour la construction d’un projet urbain à l’échelle du quartier et propose un outil d’évaluation environnementale. L’objectif est d'aboutir à une démarche applicable à l’opérationnalité du projet urbain.
La première partie établit les enjeux liés à l’urbanisme et propose une étude historique des modèles urbains pour la ville idéale. Il y est proposé un regard sur les principes et évolutions de cette notion afin de situer et comprendre le concept de ville durable. La deuxième partie établit la pertinence du quartier comme une échelle d’expérimentation, propose une définition de l’écoquartier et analyse certains cas de référence à travers leurs typologies, leur forme urbaine et leurs réponses techniques. La troisième partie propose un éclairage général sur différents outils d’analyse des processus de conception et d’évaluation des écoquartiers. Cette analyse souligne notamment la non existence de l’outil absolu, et conclue au besoin de développer des outils d’évaluation en complément des outils d’aide à la conception déjà existant. Une analyse des systèmes d’indicateurs est proposée, elle permet de montrer l’utilité de ces approches dans le contexte d’un projet urbain. La quatrième partie propose une analyse de la pratique opérationnelle du contexte français et propose une démarche opérationnelle de mise en œuvre d’un écoquartier. Cette dernière introduit le développement de l’outil d’évaluation NEST qui a constitué la partie finale de ce travail. L’outil s’appuie sur la technique d’analyse de cycle de vie (ACV) pour évaluer les impacts environnementaux du quartier. Pour cela les éléments physiques du quartier (bâtiments, espaces publics, espaces verts, infrastructure), tels que définis dans une phase précoce du projet urbain (phase AVP), sont intégrés dans l’outil. Il calcule alors 7 indicateurs environnementaux pour évaluer le projet, ces résultats étant rapportés à l’usager du quartier pour en assimiler toute l’importance. Dans cette dernière partie une expérimentation opérationnelle de la démarche proposée et de l’outil d’évaluation est présentée sur la ZAC de Kleber à Biarritz pour montrer l’apport de l’outil pour une conception des projets urbains dans l’objectif de constituer un écoquartier.

Introduire le concept de développement durable dans l’urbanisme demande, en plus d’une approche environnementale, sociale et économique, une compréhension technique de la ville et de ses composants urbains, comme un système fermé qui consomme des ressources et en cela génère un impact. Comprendre la ville comme un système pour établir des objectifs et des stratégies pour arriver à transformer la ville en une ville durable demande l’implication des acteurs de la décision, de la conception et de l’usage de la ville. Ce travail apporte au final une réflexion et des propositions pragmatique sur les modalités de mise en œuvre de telles opérations, en s’appuyant sur les nouvelles dynamiques de travail entre acteurs de ce type de projet et sur des outils développés spécifiquement pour ces nouveaux besoins.