Lilian CIRNU, thèse soutenue le 16 septembre 2013

Directeurs de Thèse :
Roumanie : Me. Liliana DUMITRACHE, Professeure à l’université de Bucarest
France : Guy TAPIE, Professeur à l'école nationale supérieure d'architecture et de paysage de Bordeaux.

Ecole doctorale : Sociétés, santé, Politiques publiques (SP2), Université Bordeaux  Segalen / Mention : Sociologie

Titre de la thèse : Les formes de territorialisation de l'exode urbain dans l'espace métropolitain bucarestois.

Membres du jury :
Mlle. Laura COMÃNESCU
, Professeur de géographie, doyenne de la Faculté de Géographie, Université de Bucarest, Président
M. Pierre FRANKHAUSER, Professeur de géographie, Institut universitaire de France, Université de Franche-Comté, Rapporteur
M. Silviu NEGUT, Professeur de géographie, Académie d‟Études Économiques, Bucarest, Rapporteur .Mme. Cristina de ARAUJO LIMA, Professeur d’urbanisme, Université Fédérale de Paraná, Centre Polytechnique- Le département d‟Architecture et urbanisme - Curitiba, Brésil .
Me. Liliana DUMITRACHE, Professeur de géographie, Faculté de Géographie, Université de Bucarest, Directrice de la thèse
M. Guy TAPIE, Professeur de sociologie, école nationale supérieure d'architecture et de paysage de Bordeaux, Directeur de la thèse

 

Résumé de la thèse
Les modifications récentes de la dynamique urbaine roumaine des deux premières décennies de la période post-communiste (1990-2010) ont mis en évidence un nouveau phénomène socio-économique ayant un impact majeur sur l’évolution de l’espace bucarestois et non seulement : la migration des citadins vers des localités limitrophes.
Le principal élément qui a favorisé l’essor de ce phénomène est de nature politique-plus précisément le passage d’un régime totalitariste vers un régime démocratique, avec des conséquences profondes au niveau de la société roumaine.
Tout d’abord, on a fait une comparaison avec les modèles de gestion du phénomène aux États Unis et en Europe.
L’analyse des mécanismes qui ont entretenu et encouragé le développement périurbain ont fait ressortir tant les relations existantes au niveau des acteurs impliqués dans ce processus, fréquemment à la limite de la légalité que les aspects réglementaires qui ont permis l’ascension de ce phénomène.
Concilier les intentions des principaux acteurs responsables « de la fabrication de la ville » vers l’obtention d’une perspective commune sur un tissu urbain durable devient une démarche extrêmement difficile au contexte d’une perspective (totalement) différente, entre l’intérêt général et l’intérêt privé.
Au niveau théorique, on est arrivé à une possible réponse concernant l’aménagement de ces espaces selon les principes d’un aménagement rationnel, viable, en utilisant le logiciel d’aide à la décision MUP City. Les scénarios élaborés, permettront l’ouverture à l’urbanisation à de nouvelles zones résidentielles, sans pourtant favoriser la fragmentation du tissu urbain ou des investissements supplémentaires en termes d’infrastructure.
Cependant, au niveau du périurbain Bucarestois, la condition essentielle pour que de tels principes soient mis en pratique sera la création d’un organisme décisionnel supérieur à la hiérarchie locale, ayant la capacité et l’objectivité nécessaires pour gérer le développement résidentiel (et non seulement) de ce territoire au nom de l’intérêt général.

Mots clé : exode urbain, périurbanisation, maison individuelle, dynamique urbaine périphérique, jeu