” S’engager dans une carrière entrepreunariale …” Par Fabien Reix

Le 06.02.24 à 13h30
Salle Denucé, Université de Bordeaux

Affiche (française) du film The fountainhead (Le rebelle) de King Vidor (1949). Adaptation de l’ouvrage éponyme d’Ayn Rand (1943), le personnage central, incarné par un architecte, illustre de manière radicale la vision schumpéterienne de l’entrepreneur perçu comme un « rebelle isolé et créatif ». Figure dont les contours paraissent aujourd’hui assez éloignés des aspirations d’une nouvelle génération d’architectes.

Soutenance de thèse

” S’engager dans une carrière entrepreunariale.
Du créateur d’entreprise à l’architecte, les logiques d’action à l’œuvre dans l’acte d’entreprendre.”

Par Fabien Reix.

Mardi 6 février à 13h30

dans la salle Denucé à l’Université de
Bordeaux, site Victoire

 

Membres du Jury :
Mme Véronique BIAU, Architecte – urbaniste en chef de l’état, HDR, LET, ENSA Paris la Villette, HESAM Université – Rapporteure
M. Jean-Louis VIOLEAU, Professeur, Laboratoire CRENAU-ACS, ENSA Nantes – Rapporteur
Mme Christine SCHAUT, Professeure, SASHA, Faculté d’architecture de la Cambre/Horta, Université Libre de Bruxelles – Examinatrice
M. Olivier COUSIN, Professeur des universités, Centre Emile-Durkheim, Université de Bordeaux – Examinateur
Mme Carine OLLIVIER, Maîtresse de conférences, LIRIS, Université Rennes 2 – Examinatrice
M. Olivier CHADOIN, Professeur, Laboratoire PAVE – Centre Emile Durkheim, ENSAP Bordeaux – Directeur de thèse

Face à l’injonction à devenir entrepreneur de soi-même portée par l’idéologie néolibérale depuis les années 1980, il est nécessaire de construire une approche sociologique de l’entrepreneuriat.
L’acte d’entreprendre apparaît irréductible à une seule logique d’action et nécessite une approche combinatoire pour l’éclairer.
Créer son entreprise renvoie à une pluralité de registres dont les principaux sont d’accéder à un statut social (logique d’intégration), de maximiser ses ressources (logique stratégique) et de se réaliser comme sujet (logique subjective).
Cependant, seul le dernier registre d’une éthique entrepreneuriale guidée par une volonté commune de « contrôler son destin » permet de faire le lien entre l’ensemble des motifs de l’engagement dans une carrière d’entrepreneur.

L’application de la compréhension de l’éthique entrepreneuriale au domaine de l’architecture a permis de révéler en creux les stratégies générationnelles de positionnement dans le champ, à partir d’une enquête nationale auprès de la promotion 2018-19 inscrite à l’habilitation à la maîtrise d’œuvre en nom propre (HMONP).
Ancré dans un territoire, exerçant en collectif avec une approche pluridisciplinaire, mettant en avant des pratiques écoresponsables en privilégiant notamment la réhabilitation, le modèle entrepreneurial ambitieux que dessinent ces architectes en devenir montre leur volonté de se distinguer des générations précédentes.

Partager sur